Les Lilas

Démolition de 44 logements sociaux et reconstruction de 90 logements sociaux et 28 logements en accession en deux tranches. Les Lilas (93).

Maitre d’Ouvrage : ICF Habitat la Sablière
Surface de plancher : 7 080 m²
Coût HT : 11.328.000€
Label : NF HQE et BBC RT 2012.
Année de réalisation : participation au concours en conception réalisation avec les Maçons Parisiens en 2017

En savoir plus Réduire

« faubourien »

Le terrain s’inscrit dans un vaste îlot délimité par les rues de Paris, des Combattants d’Afrique du Nord, de la Liberté et Rouget de Lisle. Il est recoupé par le Passage des Hortensias, l’étroite Rue Jacques Catric et l’Impasse Pelletier. Ces « venelles », toutes orientées Nord Sud, forment une sorte de peigne et sont de véritables césures qui viennent partitionner et innerver l’îlot.

Cette partie de la Rue de Paris se caractérise par son architecture faubourienne riche de sa diversité par ses hauteurs variant de deux à sept niveaux, ses constructions de toutes les époques et une vaste palette de matériaux.

Notre projet se nourrit de ce passé et reprend, en le réinterprétant de façon contemporaine, la richesse de ce tissu urbain des Lilas. La complexité de l’opération et la diversité de ce programme se prêtent particulièrement bien à l’expression architecturale et urbaine que nous avons imaginée pour insérer ce nouveau programme dans le tissu urbain riche et varié des Lilas. Nous avons également souhaité organiser et structurer le programme pour que l’ensemble des résidents puisse vivre en harmonie. Ainsi, chaque élément de programme est accessible directement depuis la rue, les commerces, les logements sociaux et les logements en Vente en l’Etat Futur d’Achèvement.

Le plan de masse reprend le principe des venelles avec la déserte de tous les halls des logements sociaux par la cour/jardin inférieure qui s’étire en longueur rappelant ainsi les impasses, spécificité urbaine des Lilas.

Sur la Rue de Paris, la fragmentation de la volumétrie et le jeu de couleur des briques de la façade reprend et rappelle le parcellaire très découpé et faubourien de cette partie des Lilas. Le plan de masse s’organise autour d’un cœur d’îlot qui innerve tous les halls d’accès aux cages d’escalier desservant les logements sociaux et les locaux de services. La loge a une vue directe sur la rue et contrôle l’accès au porche menant à la cour intérieure. Les logements en VEFA sont accessibles directement depuis la Rue de Paris.

La volumétrie par son épannelage et sa fragmentation rappelle l’esprit du tissus urbain des Lilas et de son parcellaire.

L’angle de la Rue de Paris et de l’Impasse Pelletier a fait l’objet d’un traitement particulier qui vient marquer l’entrée de l’impasse. La façade sur la Rue de Paris est soulignée par une césure qui rappelle le parcellaire existant. Elle est constituée de deux volumes principaux recoupés par un passage qui donne accès au jardin intérieur. Ces deux parties de façade sont entièrement revêtues de plaquettes de brique en céramique. L’une est en brique brune et l’autre en brique beige. Le couronnement de la façade est en pan coupé et il est traité avec le même matériau, la brique. Nous avons souhaité marquer l’angle de rue mais également requalifier l’impasse par un nouveau traitement architectural qui vienne en continuité avec celui de la Rue de Paris. Pour le traiter, nous avons choisi de nous mettre en retrait de deux mètres cinquante pour adoucir et apporter de la lumière à l’entrée de l’impasse. L’angle est marqué par un évidement sur deux niveaux qui contribue à signaler l’entrée de l’impasse.

L’effet de profondeur de l’Impasse Pelletier est accentué par le jeu des horizontales et il est souligné par le choix de matériaux jouant sur une alternance de tons clairs et sombres. La façade sur l’impasse ondule légèrement pour lui conférer plus de légèreté.

Les façades du cœur d’îlot

Les façades de la cour/jardin en cœur d’îlot sont habillées en bois à tasseaux verticaux. Cette peau apporte de la chaleur et une vibration de la lumière à cet espace. Le bois en tasseaux verticaux participe également à l’amélioration acoustique de cette cour intérieure Les façades sur la Rue de Paris et l’Impasse Pelletier sont en béton préfabriquées en usine pour optimiser la durée du chantier, limiter la gêne pour le voisinage et limiter au minimum l’emprise de l’installation de chantier sur la Rue de Paris qui est très passante.

Les façades sont traitées avec trois revêtements : de la plaquette en grès de couleur gris foncé et ton pierre sur la Rue de Paris et l’Impasse Pelletier, de l’enduit blanc sur ITE et des tasseaux bois en ITE pour toutes les façades sur la cour/jardin.

Les menuiseries sont en bois/alu gris foncé et sont, selon leur localisation, encadrées par des cadres en aluminium laqué gris clair métallisé. Les garde-corps sur rue sont en maille inox type Xtend et les garde-corps sur jardin sont en acier laqué barreaudé.  La cinquième façade est traitée en toiture végétalisée.